loading...
   
  village de FOUQUESCOURT 80170
  HISTOIRE DE FOUQUESCOURT
 

 

Etymologie

FOUQUESCOURT signifie
"Domaine de Fouques"

- 1146 : FURCELLI CURTIS
- 1225 : FOUKIECOURT ou FOUKIERCOURT
- 1275 : FOUKRECORT
- 1301 : FOUQUIENCOURT ou FOKIERCOURT
- 1430 : FOUCESCOURT
- 1567 : FOUKIECOURT ou FOKIESCOURT
- 1569 : FOUQUECOURT (cliquez !)
- 1648 : FONQUECOURT
- 1733 : FOUQUESCOUR ou FOUQUIECOURT



Situation géographique

- altitude : 83 m   mini   et  101 m   maxi
- superficie : 545 ha
- Relief :

Son territoire fait partie de la plaine du Santerre. Une vallée très peu accentuée limite en quelques sortes son territoire du NE au NW marquant l'ancien cours de l'Ingon. L'altitude inférieure de cette vallée est de 82 m. Le point culminant du territoire est à 92 m, sur le chemin qui conduit à Warvillers. Un petit monticule figure l'emplacement d'un moulin assez célèbre il y a 100 ans, appartenant aux moines de l'abbaye de Corbie. 
 



La population 



  - 1469 : 18 feux (foyers)
  - 1698 : 480 hbts
  - 1709 : 88 feux (foyers)
  - 1724 : 321 hbts (102 feux)
  - 1772 : 414 hbts (113 feux)
  - 1836 : 469 hbts
  - 1896 : 317 hbts
  - 1911 : 329 hbts
  - 1921 : 180 hbts
  - 1926 : 180 hbts
  - 1931 : 175 hbts
  - 1936 : 156 hbts
  - 1950 : 191 hbts
  - 1954 : 178 hbts
  - 1962 : 164 hbts
  - 1968 : 151 hbts
  - 1975 : 139 hbts
  - 1982 : 136 hbts
  - 1990 : 153 hbts
  - 1999 : 127 hbts
  - 2006 : 149 hbts
  - 2009 : 158 hbts
  - 2012 : 171 hbts
  - 2014 : 189 hbts

 

C'est à la fin du 17ème siècle que Fouquescourt compte le plus grand nombre d'habitants mais également au début du 19ème siècle. La première guerre mondiale et plus particulièrement la bataille de la Somme n'ont pas épargné Fouquescourt puisque le nombre d'habitants a chuté de 45 % entre 1911 et 1921. 

 



SON HISTOIRE :


ORGANISATION ECCLESIASTIQUE :

 

Paroisse du doyenné de Rouvroy-en-Santerre, archidiaconé et diocèse d'Amiens. Vocable : Saint-Pierre. Présentateur : le prieur de Lihons. Décimateurs : l'abbé de Corbie pour 2/3, et le prieur de Lihons pour 1/3.
En l'année 1331, la dîme se prend à 9 du cent et appartient déjà pour 2/3 à l'abbaye de Corbie, pour 1/3 au prieuré de Lihons, sur une étendue de 464 journaux dépendants tant du territoire que de ceux de Méharicourt et Maucourt. La dîme paraît avoir été réduite à 7 du cent. Revenu de la cure : 445 livres 17 sols en 1728. Revenu de la fabrique : 120 livres en 1772. 
 

ORGANISATION CIVILE :

Prévôté de Roye, bailliage de Vermandois, élection de Péronne, intendance de Picardie, grenier à sel de Roye. 
 


Le territoire de la commune paraît avoir été habité de très bonne heure. C'est dans cette région que s'élevait, dit-on, la ville d'Ingon, disparue à une époque inconnue et on reconnaît encore l'emplacement au lieu dit les "Terres noires". (en partant vers Chilly).
On a peu de renseignements précis sur l'histoire de Fouquescourt à l'époque moyen-âgeuse. On sait cependant que plusieurs fiefs s'étaient formés sur le territoire et que dès le 13ème siècle la seigneurie appartenait à l'abbaye de Corbie. En 1331, elle appartient au 2/3 à l'abbaye de Corbie et à 1/3 au prieuré de Lihons.
L'église Saint Pierre comporte une statue de Sainte Brigitte dont le pèlerinage avait lieu jadis le 3ème dimanche de septembre. Supposée guérir les animaux, elle attirait beaucoup d'éleveurs des environs. On dit même qu'il y avait des processions entre Fouquescourt et Chilly. Les habitants de Fouquescourt étaient banniers du moulin de Fransart.
De 1645 à 1650, les habitants furent bannis du moulin de Fransart à la suite multiplies réclamations. Ayant à se plaindre du meunier, ils adressèrent une requête à M. du Plessier, seigneur de Fransart, à qui appartenait le moulin, rappelant qu'étant obligés de faire moudre leurs gains à son moulin "ils ont souffert et souffrent journellement de grand intérest au moïen du mauvais service et travail que leur faict ledit Noiret (le meunier) tant et mal mouldre que de ce qu'il rend la mesure comme il est obligez, nonosbtant les plaintes et remontrances qu'on lui eut peu faire, ce qui apporte et faict grand intèrest audit village, plus de quatre à cincq cens livres par chacun an (*). En terminant les signataires demandent à M. de Plessier de "mettre bon ordre à l'advenir (*)" afin qu'ils ne soient plus lèsés dans leurs intérêts, ou qu'il les autorise à porter leurs grains où bon leur semblera. Un moulin fût bâti en 1698 des deniers de la communauté.

(*) texte original de l'époque

Autre petite histoire de l'histoire de Fouquescourt :

En août 1653, l'armée de Turenne, après le départ de l'armée de Condé, s'arrêta à Fouquescourt, y campa 22 jours et, après avoir "dissipé tous les bleds et forages qui étaient audit Fouquescourt, Fransart et villages circonvoisins, et empêché que l'on aurait peu remettre les bleds dessus la terre (*)", incendia la maison ainsi que les bâtiments et lieux appartenant au seigneur de Fransart. L'année suivante, la maison de M. de Plessier fut de nouveau incendiée, par des gens de guerre qui traversaient le village. 


SEIGNEURIE :

Elle appartient à l'abbaye de Corbie, son origine est inconnue. On croit qu'elle est une des premières acquisitions qu'elle fit après sa fondation au milieu du VIIe siècle, par le roi Clotaire III et sa mère, la reine Bathilde, régente du royaume.
En 1225, les habitants se reconnaissent sujets de l'abbaye. Celle-ci était tenue d'entretenir un maire à Fouquescourt pour exercer la justice, moyenne et basse. Une partie de cette terre fut aliénée en 1569, mais elle rentra à l'abbaye en 1680. Il en existe des plans et arpentages exécutés en 1733 et 1738. Le domaine comprenait alors 241 journaux 87 verges de terre et 3 journaux 67 verges pour le clos seigneurial, mesure de Roye. Le clos était fermé de murs. En 1331, il était de 249 journaux. En 1729, il contient une maison seigneuriale avec ses dépendances, 80 journaux de terre à la sole, les 2/3 de la grosse dîme, une portion de dîme aux terroirs de Méharicourt, du Quesnoy et de Liancourt, affermés 650 setiers de blé, à l'estimation de 1 690 livres, et 200 livres en argent. Le seigneur avait haute, moyenne et basse justice. Ils ont possédé la seigneurie : 
- En 1598, Louis du Plessier, écuyer, qualifié seigneur de Certemont, Roisel, Hattencourt, Fransart en partie, Punchy en partie, Fouquescourt et autres lieux. Il était marié avec Louise de Boistel, fille du seigneur de Vrely.
- En 1629, Charles du Plessier, 2ème du nom.
- En 1663, Charles-Louis du Plessier, chevalier, marié en 1633, avec Marie Ogier de Cavoye, qui lui donna 16 enfants. Ayant subi des pertes considérables, en 1653, dans l'étendue de ses domaines ravagés par la guerre, chargé d'une nombreuse famille, il dut subir, par suite des exigences de ses créanciers, et malgré le délai de 3 ans qui lui fut accordé par le roi pour se libérer, la vente par décret des terres et seigneuries qu'ils possédaient à Villers-Carbonnel, Hattencourt, Fransart, Fouquescourt et autres lieux. L'arrêt de la Cour est du 10 avril 1679. La seigneurie de Fouquescourt rentra à l'abbaye en 1680.
 


FIEFS :

Fief noblé du Four, consistant dans la maison du Four de Fouquescourt, y compris 7 journaux de terre, tenu du comté de Corbie ; fief relevant de la seigneurie d'Hangest-en-Santerre ; fief tenu de la seigneurie d'Albert ; fief Desprez, mouvant de la seigneurie de Mézières ; fief de 5 journaux tenu du fief Maquerel, de Marchelepot ; en étaient possesseurs :
- En 1563, Jeanne de Voeulx, veuve de Nicolas Berbion.
- En 1601, Louis Mouton, laboureur à Fouquescourt.
- En 1682, Martin Mouton, fiefs Largillière et Blangean ou Longueval, portés dans la maison des Fossés par le mariage de Marie-Anne du Plessier, en 1734, avec Philibert-César des Fossés, chevalier, seigneur de Senneville, Pottes, etc.

 


LIEUX-DITS :

Le bois Roclore, Bois Notre-Dame, aux Arrachis, Bois Monsieur, le Champ du loup, Champ Villemond, le Bois Henry, le Bois Henriette, le Moulin de bois, Champ Volant, Sole du bois de Carmes, au Moulin de pierre, piécente du Quesnoy, Rue du Sac.  

L'histoire continue ... 

Il ne reste à Fouquescourt aucun souvenir de la révolution. La commune a eu beaucoup à souffrir de l'invasion des cosaques en 1814 et 1815. Les habitants terrifiés se cachaient dans des souterrains. 
La guerre de 1870-1871 ne fut pas moins terrible. Le pays fut accablé de réquisitions et perdit plusieurs de ses enfants. Les prussiens ont jeté la dévastation et le pillage. 
 




Puis vient l'effroyable 1ère guerre mondiale 14-18. (en cours de recherche)

 

 
REMERCIEMENTS /

- Documents donnés par Mme S. Boboeuf (habitante de Fouquescourt)
- Documents donnés par Mr J. Péchon (habitant de Fouquescourt)

- source des textes BNF SOURCES ET BIBLIOGRAPHIE - ARCHIVE DE LA SOMME  - DICTIONNAIRE HISTORIQUE ET ARCHEOLOGIQUE DE LA PICARDIE  - Arrondissement de Montdidier : cantons de Rosières et Royes / Société des antiquaires de Picardie ; Fondation Ledieu 
 


 
  vous êtes le 32291 visiteurs (182602 hits)  
 
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=